Athlétisme : Le nouveau règlement de l’IAAF qui casse Caster Semanya

Caster Semenya

 

La Fédération internationale d’athlétisme (IAAF) a indiqué que les athlètes hyper-androgènes devront faire baisser leur taux de testostérone dans le but de s’aligner sur les épreuves internationale sur les distances de 400 m au mile. Cette décision vise énormément la double championne olympique du 800 m Caster Semanya.

Ces règlements prendront effet à partir du 1er novembre 2018 et relèvent d’une étude faite par l’instance. L’IAAF a fait le constat que les athlètes intersexuelles qui produisent de la testostérone en excès, sont avantagées dans plusieurs épreuves.

Ces preuves scientifiques ont été réunies après que le Tribunal arbitral du sport (TAS) a suspendu en 2015 le règlement par lequel l’IAAF obligeait les athlètes hyper-androgènes à suivre des traitements pour faire baisser le taux de testostérone. Le plus emblématique des cas d’intersexualité est celui de la Sud-Africaine Caster Semenya, double championne olympique du 800 m (2008/2016) et trois fois médaillée d’or aux Mondiaux sur la même distance.

L’étude a relevé que l’avantage pour ces athlètes présentant des « différences de développement sexuel » était notamment prépondérant sur les distances entre le 400 m et le mile, soit les distances aux frontières de la vitesse et de la résistance.

Si elle se voit contrainte par cette décision, la Sud-africaine serait obligée de s’engager uniquement sur les compétitions internationales non concernées par ce règlement. Il s’agit du 5 000 m et 10 000m.