Bouchra Hajij : La Marocaine lutte pour le leadership féminin

Bouchra Hajij

Bouchra Hajij, la présidente de la Fédération royale marocaine de volley-ball (FRMV) et ancienne volleyeuse du CODM , lutte pour le leadership féminin.

« Les rarissimes femmes qui sont parvenues à réussir une carrière dans le top management sportif au Maroc sont des anciennes pratiquantes. C’est un milieu quasi-occupé par les hommes », a dit Bouchra Hajij, à propos des femmes dans le milieu sportif, avant de revenir sur la promotion du leadership féminin. Bouchra Hajij, ancienne volleyeuse du CODM et de l’équipe nationale marocaine, est l’une de ses quelques femmes qui ont pu œuvrer dans ce milieu. « L’idée d’assumer un poste de responsabilité ne m’a jamais traversé l’esprit. Aux côtés du sport, le domaine des ressources humaines me tenait à cœur », explique-t-elle.

Après 20 ans de carrière, alors qu’elle se consacrait sur sa nouvelle fonction à la direction des Ressources Humaines, elle a été sollicitée pour apporter un plus dans le volley-ball marocain. « Les dirigeants et présidents des clubs et des Ligues, sont venus me solliciter pour assurer une transition, mettre en place une stratégie et une vision et restructurer le volley-ball marocain, que ce soit au niveau administratif ou financier », a – t-elle confirmé avant de continuer.

« Je me rappelle amèrement qu’à l’approche de chaque compétition majeure, nous étions contraintes de ne pas y prendre part, en raison du manque du budget, se souvient-elle. Ainsi, quand je suis arrivée à la FRMV, je me suis dit que je vais commencer par mettre en avant la pratique féminine du volley-ball et asseoir les bases d’une équité entre les deux genres », a – t-elle ajouté.

L’arrivée de Bouchra Hajij a fait avancer les choses et les volleyeuses ont réussi à remporter un titre africain puis un autre arabe et se sont qualifiées trois fois en Coupe du Monde. « J’essaie de féminiser l’encadrement, de travailler sur la formation de la gent féminine dans les métiers liés au sport et surtout de surpasser certains obstacles culturels pour encourager la pratique sportive féminine dès le bas-âge, souligne-t-elle. Loin des images stéréotypées de la société, se réunir est un début, puis rester ensemble et enfin travailler tout un chacun de son côté, telles sont les ingrédients puissants d’une réussite infinie », a – t-elle déclaré.